Les trésors cachés!!

Salut tout le monde,

Voilà en ce moment avec les relatifs beaux jours qui arrivent, je pars, et je sors des entiers battus pour découvir des rivières. Dimanche dernier c’était une rivière qui prend sa source à Queyrrière et qui se jette dans la Loire à Beauzac : le Ramel. Je suis parti avec un amis qui est guide de pêche sur la haute loire. Il découvrait aussi le second coins où nous sommes allés.

Le croissant est savoureux après une nuit courte. Vers 9h nous étions chez lui pour casser la croute avant d’aller à la pêche. Un café et c’est parti!! Direction, une rivière qui voulait absoluement me faire découvrir, mais malheureusement la rivière a été pillée tout le matin par des pêcheur profitant du coup d’eau de la semaine pour remplir leurs congelo’ 🙁   Direction donc le Ramel. Nous attaquâmes sous le viaduc de la RN88. Malheureusement, là aaussi un pêcheur était passé le matin même sur le même parcours. Mais nouc ommençâmes à pêcher, et déjà je sentais une venir une bonnes journée de pêche. Dès la première dérive en nimphe au fil je pris une truitelle de 15cm. Et pendant tout le matin elles se succédèrent mais sans dépasser les 22cm. C’était une pêche un peu spéciale je l’avoue, et autant dire que ce n’était plus de la pêche à la mouche. Mais je vous déveloperais tous ça sur la partie de l’après midi….

Total du matin :  une dixiaine de truites prises pour moi rien pour mon ami, et une 30aine de touche loupées toutes en nimphe au fil sous la canne

La rivière à cet endroit

 

Gros trous dans le bas du ramel

Le bas du Ramel est passemé de trous assez conséquents où se réfuigent d’habitude de grosse truites… mais là rien!

Après un fort bon repas de midi ( pique nique), nous décidâùmes de nour retranché dans les fin fond des sucs pour être tranquille et pêcher sans être dérangés… Nous allâmes juste deriière chez Seb!! Dans les sources du Ramel. Là le ramel fait 2m de large max.

La technique fut la nimphe au fil comme le matin mais encore plus dingue : nous montons deux/ trois mètre de douze centième sur notre avant pointe. Metons une mouche ou un rigoletto comme voyant de ligne, et nous mettons la soie dans le moulin : ce n’est plus de la pêche à la mouche; c’est de la pêche au toc mais avec une mouche au bout. Mais qu’est ce que c’est redoutable dans ces petits ruisseaux!!! Tu sens les cailloux ricocher contre ta nimphe dans l’eau. c’est une pêche tactile comme le matin. Seb me montra les bases de cette pêche de «  »braco » », pêche entre les branches, dissimuler derrière un arbre, éviter les branches…. Nous començâmes à peche un peu en aval de là où nous avions garé la voiture. Et cette après midi fut mémorable avec des fous rire, des délirs, des poissons ( petits mais nombreux!! et de partout!!! ), Dès que je passait devant un ruisseau comme celui là je me disais :  » bah, il doit rien n’y avoir dedans », et bien maintenant, je ne dirais plus çà!! Mais nous ce que nous attendions c’est que la rivière monte un peu quand même, pour former des trous profond avec des tobbogants et des cascades!! Plus haut c’était le cas! pendant une heure auparavant, nous avions touché rien du tout et puis là ce fut le reveil des truites. Des touches, plus ou moins fortes se succèdérent. Au final, ce fut une truite pour moi (il me semble^^) et deux pour mon ami Seb, dont la plus grosse de la journée : 24cm.

Les photos :

Voilà

autant dire que c’était une bonne partie de pêche avec une 30aine de touches manquées chacuns et 5-8 truites chacuns à peu près!!

Leçons à retenir, et même si certains ne sont pas d’avis d’apeler cela de la pêche à la mouche… tant pis!!

Voilà à refaire Seb quand il fera beau en juin ou juillet!!

++

Originally posted 2010-05-10 19:30:54.

Un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.