Le long des chemins

Salut,

Ça y est, il y a deux ans j’ai commencé les chemins de saint Jacques de Compostelle, et cette année après 20 jours de marche, je suis arrivé en Espagne. J’ai ainsi pu découvrir beaucoup de régions, de paysages, de spécialités.

Je vais, ici, simplement vous parler d’une partie des rivières, ruisseaux, lacs, étangs, fleuves que j’ai pu traverser au cours de cette longue marche (200km il y a deux ans, et 520km ce mois de juillet). Simplement des impressions, des photos, des observations parfois de poissons, d’insectes etc. Simplement vous donner envie de découvrir encore plus les régions de France, qui recèlent encore quelques jolies rivières!

Le département de la Haute Loire, point de départ d’un chemin. Rapidement nous traversons l’Allier à la hauteur de Monistrol d’Allier.

L'Allier à Monistrol d'Allier

L’Allier à Monistrol d’Allier

Rivière au débit un peu important à ce niveau, de bonnes populations de poissons de tous types ( truites, ombres, etc.) En Novembre nous pouvons observer quelques saumons frayer sous le pont et sur le linéaire amont.

Nous traversons ensuite l’Ance du Sud, qui ici ressemble plus à un petit ruisseau qu’à une jolie rivière, mais c’est sans compter l’influence du barrage quelques kilomètres en amont : le barrage de Saint Préjet d’Allier. En amont de ce barrage, la rivière est plutôt de type serpentant dans les prés avec une jolie ripisylve.

Ance du Sud

Le chemin monte ensuite sur le plateau de Saugues, nous rencontrons alors la Seuge, le pontajou, puis un peu plus loin la Virlange. Toutes des rivières serpentant dans les prairies humides, avec très peu d’arbres. Ces rivières sont excellentes à tous point de vue! Nous remontons la vallée de la Virlange ensuite jusqu’à sa source au domaine du sauvage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Seuge

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Virlange

Les sources de la Virlange au Sauvage

Les sources de la Virlange au Sauvage

Nous passons ensuite en Lozère, sur la descente de la Margeride et en direction de l’Aubrac. Nous traversons la Truyère avant Aumont-Aubrac (capitale de l’aligot).

Puis avant d’arriver à Nasbinals nous longeons sur plusieurs kilomètres le Bès. Rivière ressemblant à ce niveau à la Seuge, la Virlange, de part son parcours au milieu des pâtures, avec un profil assez lent. Très jolie rivière où j’ai pu observer d’un pont des truites de taille respectable se délecter de quelques insectes.

Le Bes

Le Bes

Nous entrons ensuite en Aveyron, qui marque le début de la descente dans la vallée du Lot. Nous commençons par traverser, le ruisseau  (boralde, localement) de Saint Chély d’Aubrac très poissonneux de petite taille visible du pont en bas du village, mais le ruisseau est très encombré.

Ensuite nous attaquons la vallée du Lot en arrivant tout d’abord à Saint Côme d’Olt (un des plus beau village de France) Le lot est alors une grosse rivière à profil plutôt lent à poissons blancs et carnassier. Nous le longeons sur plusieurs jours.

Le Lot à Saint Côme d'Olt

Le Lot à Saint Côme d’Olt

Espalion

Espalion

Estaing

Estaing

Le Lot à Estaing

Le Lot au dessus d'Estaing

Le Lot au dessus d’Estaing

Nous arrivons ensuite à Conques, très beau village avec une très belle abbatiale (l’explication de son tympan, et le concert d’orgue ensuite en soirée valent vraiment le détour!!), Le Dourdou coulent paisiblement au fond de la profonde vallée.

Nous retraversons le Lot à Livinhac le Haut, pour ensuite passer dans la très jolie vallée du Célé au niveau de Figeac dans le Lot.

Le Célé à Figeac

Le Célé à Figeac

Le Célé, rivière qui connait de forts étiages, est magnifique dans sa partie aval de Figeac (d’ailleurs une voie du chemin passe dans cette vallée, option non réalisée sur mon chemin). Peuplé de blanc majoritairement, elle doit abrité tout de même quelques truites surtout sur sa partie amont de Figeac où elle coule dans une vallée plutôt tranquille.

Pour mon chemin, je suis parti au nord en direction de Rocamadour. Et notamment la superbe vallée de l’Alzou qui entre Gramat et Rocamadour est à sec la plus part du temps en été sauf par temps d’orage. Néanmoins le parcours du canyon d’une rivière complètement sèche est assez intéressant, surtout que la vallée possède une végétation hors du commun pour un secteur situé au milieu des Causses. L’arrivée sur Rocamadour est superbe.

Arrivée à Rocamadour

Arrivée à Rocamadour

Canyon de l'Alzou

Canyon de l’Alzou

Le problème des Causses pour les rivières et l’eau c’est leur géologie de type calcaire. C’est un vrai gruyère et l’eau à tendance à passer en profondeur plutôt que de former une rivière en surface. Autrement dit pendant plusieurs jours, jusqu’à retrouver la vallée du Lot je n’ai pas croisé de rivière ou alors que des lits à secs. La rivière suivant est le Vers, qui coule Nord/Sud et se jette dans le Lot à Vers… La rivière est superbe, sa vallée est très belle!. Sur sa partie amont, la rivière circule dans une énorme zone humide avec tout un réseau de petits canaux, avec une eau translucide et un profil en escaliers. Puis elle atteint la vallée principale où elle se régularise et forme une superbe rivière. Malheureusement je n’ai pu observer aucun poisson sur sa partie haute (qu’une écrevisse), mais cela serai très étonnant qu’il n’y ai pas un poisson ou deux qui y traînent… à explorer!

le vers amont

Ensuite sur le bas de son parcours, les blancs apparaissent au milieu des truites bien visibles. Un parcours découverte est présent et un parcours no-kill également quelques kilomètre en amont de Vers. La rivière est superbe sur tout son cours et le cadre est génial pour la pêche comme pour la baignade.

le vers milieu

Le vers à Vers

Le vers à Vers

chute le vers

Nous dévions ensuite le long de la Vallée du Lot, qui a bien changé depuis qu’on l’a quitté à Estaing, jusqu’à Cahors.

 

Le Lot à Vers

Le Lot à Vers

Cahor, et le Lot

Cahors, et le Lot

Nous quittons alors les Causses et entrons dans le département du Tarn et Garonne un peu après Montcuq. A partir de là et jusque dans les Landes, nous avons une activité agricole axée sur les cultures végétales, et donc automatiquement de l’irrigation. Ce qui permet d’avoir pas mal d’étangs pour les pompages estivaux. Dans certains, la plus part même, il y a moyen de trouver quelques poissons, notamment des carpes à chasser à vue sur les bordures le matin (j’en ai vu un bon paquet!) A Moissac nous rejoingnons la confluence entre le Tarn et la Garonne. C’est déjà un très joli fleuve.

la garonne avuillar

 

La Garonne à Auvillar

La Garonne à Auvillar

Nous longeons également pendant quelques kilomètres le fameux canal du Midi…

Canal du midi et ses platanes

Canal du midi et ses platanes

Nous entrons ensuite dans le beau département du Gers, que nous traversons d’est en ouest sur sa partie Nord. Ce qui m’a étonné dans ce coin c’est la turbidité de l’eau général des rivières. Alors je ne sais pas si c’est à cause d’une soirée d’orage, ou bien si c’est naturellement trouble, mais du coup c’était peu engageant. Beaucoup de cultures irriguées donc beaucoup d’étangs (attention parfois en propriétés privées).Nous traversons la Baïse à Condom, l’Osse au pont d’Artigue (pont du XII ème).

La Baïse

La Baïse

Pont de l'Artigue (XI ème)

Pont de l’Artigue (XII ème)

Puis nous entrons dans le département des Landes à Aire sur l’Adour. joli fleuve avec un profil plus rapide que les rivières rencontrées jusque là, on sent que nous avons un changement dans le relief.

L'Adour

L’Adour

Nous quittons très rapidement les Landes, pour les Pyrénées Atlantiques. Nous entrons dans le Béarn après Pimbo, nous traversons alors le Gave de Pau au niveau de Argagnon (observation de plusieurs carpes fouillant le fond dans les courants de bordure…), et nous entrons dans les vallées du Béarn. Toutes les rivières ont l’air sympathiques dans cette région. Nous traversons le Gave d’Oloron à Navarenx et le Saison au niveau de Charres.

Gave de Pau à Maslacq

Gave de Pau à Maslacq

Gave d'Oloron à Navarenx

Gave d’Oloron à Navarenx

gave d'oloron

Gave d’Oloron à Navarenx

Le Saison à Charres

Le Saison à Charres

Enfin nous rentrons au Pays Basque à Aroue, et ses superbes collines vertes. Nous traversons la Bidouze, puis nous arrivons à Saint Jean Pied de Port qui est traversé par la très belle Nive. La réserve dans le village permet l’observation aisée de nombreuses truites laissant à penser que les rivières se remettent petit à petit des séquelles des crues passées. J’ai même pu y observer, le matin, une anguille!

La Bidouze

La Bidouze

colline basques

Les collines basques

vallee basque

nive saint jean

La Nive à Saint Jean Pied de Port

la nive saint jean

Saint Jean pied de Port

Ensuite le chemin part en Espagne par les crêtes des Pyrénées, pour Roncevau.

Quelques images de l’une des plus belle étape pour l’instant!

Les premiers kilomètre en Espagne par le col de Bentarte

Les premiers kilomètre en Espagne par le col de Bentarte

colline montee nuage

Ca monte!

Ca monte!

Passage en Espagne

Passage en Espagne

sommets et landes espagnoles

 

Bonne journée! Bon chemins!

Stef 43

 

 

Une année de vadrouille

Salut,

il est temps de faire un petit bilan de ma saison. Certes il est tôt, mais la pêche a été peu présente cette saison dans mes activités : la fautes aux études.  Néanmoins, cette saison fut riche en découvertes, en poissons, et en enseignements.

Pour commencé, personne ne peux louper l’ouverture. Bon… ce n’est pas une période exceptionnelle pour la mouche, mais le retour sur la rivière, le bruit de l’eau, les légères gouttes qui s’infiltrent dans les waders percés, tout ça nous avait un peu manqué pendant ces mois d’hivers. Cette fois il avait fais beau et assez chaud. Nous étions avec Yann sur la Freycenette et la Borne. Quelques truites de faites surtout en nymphe.

La Borne

La Borne

Plus grosse truite de la journée

Plus grosse truite de la journée

Le lendemain, il fallait obligatoirement que j’aille sur le Dolaison retrouvé mes repères sur ce ruisseau que j’ai tant arpenté, et qui m’a offert de jolies surprises cette année.

Truite du Dolaison

Truite du Dolaison

Ensuite, le temps fut vraiment capricieux, et les rivières faisaient le yoyo un peu partout dans le département. Alors entre deux averses on tentait le tout pour le tout, avec surtout une certaine motivation pour découvrir d’autre portions de rivières encore inconnues pour moi . Ainsi, le haut du Dolaison fut mon terrain de jeu pour quelques sorties pendant l’année!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une des habitantes du coin

Une des habitantes du coin

Vous trouverez d’avantage de détails sur cette sortie sur cette page :  http://stef43.gobages.net/2013/04/22/surprise/

Encore une fois le temps fait des siennes; week end de prévu avec Yann sur l’Allier et le plateau de Saugues autour de début mai. Ce fut sous la neige collante, que nous pêchâmes 3/4 d’heure chrono, jusqu’à ce que l’on décide de repartir pour ne pas rester coincés là bas à cause d’une route enneigée.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Virlange

La Virlange

Puis, vient le moi de juin, les premiers coup du soir sont possibles, mais manque de pot, ce jour là les mouches de mai avait décidé de sortir dans l’après midi, profitant d’un refroidissement de l’atmosphère. Une seule truite succomba à ma mouche de mai.

Truite en pré coup du soir en sèche

Truite en pré coup du soir en sèche

Ensuite, les coups du soir début juillet furent autant d’occasion pour moi de douter de ma pêche : je pêche mal, manque de confiance en soi, en ma pêche. Je rate beaucoup de poissons, je ne ramène que de petits poissons. Ah! c’est pas possible! Le manque de sortie cette année se fait sentir quand il faut allonger et rester précis dans ses dérives, ainsi je préfère une pêche plus directe en nymphe à courte distance : rien de très excitant…

Couché de soleil sur le Mont Bar

Couché de soleil sur le Mont Bar

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis vient un break dans les sorties d’une 15aine de jours en raison de mon départ sur les chemins de saint Jacques. Ah il y a de jolies rivières sur l’Aubrac et dans la vallée du Lot! 😉

Saint Cômes d'olt

Saint Cômes d’olt

Le Bès au niveau de Nasbinal

Le Bès proche de Nasbinal

L'aubrac et la gentiane

L’aubrac et la gentiane

Puis le clou de l’année est arrivé, un petit voyage de pêche seul en Haute Marne, et autour de Dijon. Une tente plantée chez des cousins à Arc en Barrois ( 52), une voiture pour l’autonomie, un guidage de deux jours sur la Marne et des affluents, puis une journée et demie en “autonomie”. Tout ce qu’il faut pour explorer une région. Le guidage fut effectué par Brice SYLVAIN, ( http://pecheurdenature.wordpress.com/ ), un gars très sympa, qui connait bien la vallée de la Marne, et de certain de ses affluents. Merci encore Brice pour ce guidage et pour les photos!  voici un aperçu des poissons pris là haut.

Pêche dans des rivières plus larges

Pêche dans des rivières plus larges

Ombre du Rognon

Ombre du Rognon

Ombre de la Marne de 40 environs

Ombre de la Marne de 40 environs

Ombre de environ 40

Ombre de environ 40

le Rognon

le Rognon

Truite de 36 cm en nymphe à vu, le premier poisson du séjour

Truite de 36 cm en nymphe à vu, le premier poisson du séjour

Truite du Rognon

Truite du Rognon

Truite

Truite

Ce petit aperçu des rivières de la Hte Marne fut intéressant, car elles sont très différentes de celles de Hte Loire. L’ombre est majoritaire ( même si pas mal de truite ont été prises sur le Rognon), en raison du faciès de la rivière ( granulométrie, hydromorphologie, topologie), ce sont souvent des rivières de plaine, avec des courants assez profonds, des trous, avec des radiers. L’eau est très claire, la pêche à vue était possible. ( mise à part sur la Marne au début du séjour, qui avait subi une coloration liée aux orages du week end.) Beaucoup de poissons pris en nymphe, mais quelques ombres et truites ont été tentés par une sèche en pêchant l’eau.

Après ces trois jours en Haute Marne, je mis le cap sur Dijon, où Seb m’attendait pour une journée et un coup du soir ensemble. Petit détour par le village de Bèze, zone de la résurgence de la Bèze. Très surprenant comme lieu, en Hte loire, nous avons plutôt l’habitude de voir une rivière naître par un ruisseau puis grossir lentement au fil de son parcours; ici la rivière émerge avec déjà quelques 10 aine de mètres cube pour débit… La magie du calcaire, et de la géologie du coin.

La résurgence

La résurgence

"Source" de la Bèze

“Source” de la Bèze

Je rejoins seb sur un no-kill de la Bèze, mais ils ‘avère qu’elle est trop haute pour être pêchable à vu. Nous ferons donc le coup du soir sur l’Ouche à l’entrée de Dijon. Rivière intéressante pour sa population d’ombres.

Le lendemain, nous mettons le cap sur la Haute vallée de la Seine, pour pêcher un parcours assez connu, voir même mythique de la Seine : le parcours de Vix. Nous rejoignons là bas Alain ( Pere castor), et Patrick. Cette fois, nous pêchons réellement dans un aquarium : une eau très très claire, des poissons en veux-tu en voilà! des ombres et des truites, de taille moyenne largement supérieure à celle de Hte Loire. La journée c’est résumée à essayer d’approcher les poissons avant que ce soit eux qui ne te voient, et ensuite de lancer sans les faire partir…. Autant dire que pour moi ce fut chaotique, manque d’habitude, d’habilité dans la pêche à vue. Je décale deux poissons sur mes nymphes, et en décroche un en sèche.

derive aval OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis en fin d’après midi, des petites éphémères feront monter quelques poissons, bilan : deux ombres en sèche pour sauver l’honneur!

La rivière

La rivière

Epuisetage

Epuisetage

Ombre en sèche

Ombre en sèche

Ces rivières (Marne et Seine) sont très particulières puisqu’elles abritent un très grand nombre d’espèces de poissons telles que des truites, ombres, mais aussi brochet, carpes pour la Marne. Les limites d’habitat des différentes espèces sont beaucoup plus flou, moins marquées, qu’en Haute loire.

 

Retour en Hte Loire pour le mois d’Août, je retourne sur des portions de rivières explorées quelques moi avant. Les eaux sont plus basses, l’eau plus claire, les poissons plus méfiants…

Truite de la Borne

Truite de la Borne

Truite de la Borne

Truite de la Borne

On retrouve des couleurs de truites de chez nous!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Petit truite

Petite truite

Une journée de pêche avec Yann sur la Borne,nous permis de faire un peu de poissons, surtout en nymphe… Un coup du soir sur l’Arzon avec Laurent peu productif, pour finir cette saison.

Cette saison fut riche en nouveautés, et en expériences. J’espère pouvoir aller un coup au brochet avant la fin de l’année, mais ce n’est pas gagné :s

Bonne fin de saison à vous! Bonne fermeture, Bonne siason pour l’ombre en 2nde catégorie pour ceux qui ont la chance de prolongé un peu la saison des salmonidés dans leur régions!

 

A bientôt

 

stéphane