Questions pratiques

Salut,

Dans cet article je vais vous développer l’aspect pratique du trip pêche/rando de cet été…

Déjà si certain d’entre vous n’ont pas lu le résumé sur Gobages je vous invite à le faire se sera plus clair pour la suite 😉 http://www.gobages.com/peche-mouche/retour-aux-sources-5653.html

 

Le Gerbier de Jonc et sa vue

Le Gerbier de Jonc et sa vue

Partir avec son sac cela fait envie à beaucoup de gens sans pour autant qu’ils franchissent le pas. Personnellement, je réalise toujours un travail amont pour savoir un peu où je vais, comment je peux me ravitailler, où, le chemin, avoir des infos sur la rivière, les spots intéressants etc.

Pour réaliser un bon trip, je vous conseille d’étudier les cartes IGN au 25/1000 de votre zone, on arrive, avec un peu de pratique, à avoir un bon aperçu du terrain (topographie, aspects de la rivière, habitations, taille du chemin etc.) Etudier tout les aspects de votre randonnée, mais laisser aussi une petite part de surprise, car c’est aussi ça qui est intéressant lorsqu’on est plongé en pleine nature et de devoir se débrouiller seul ou à plusieurs. La carte permet de bien dégrossir son chemin. Ensuite pour la pêche, un peu d’infos sur les meilleures périodes, les poissons peuvent être rassurantes, mais ne sont pas forcément obligatoires!

 

Carte du chemin emprunté entre Goudet  et Arlempdes

Carte du chemin emprunté entre Goudet et Arlempdes

Question logement, nous avons eu très froid et il faisait très humide pendant notre trip, certain était partis pour dormir en hamac, mais ils se sont vite ravisés, et nous avons tous fini par dormir sous tente. Pendant ce trip, j’avais pris le tente T2 ultra ligth de chez Décathlon, solide et plutôt légère, c’est une tente adaptée à mes utilisations c’est à dire une utilisation quasi tout les ans pour des randonnées, du camping, quand il s’agit de la transporter pendant la journée. Malgré tout dormir à trois gaillards dans une tente de 2 places pendant 5 nuits est assez inconfortable, je vous conseille donc aussi d’avoir une idée du nombre de personnes qui risque d’y dormir avec vous si jamais vous êtes plusieurs!

Pour le duvet, il faut bien le choisir en fonction de vos besoins!! je ne vais pas développer le sujet, mais je vous renvoie sur l’article de Benjamin Clerget qui est très intéressant : http://clergetblog.com/montagne/choisir-sac-couchage/

 

Le campement

Le campement

Des lieux de bivouac sympas!

Des lieux de bivouac sympas!

Niveau nourriture, nous avions cherché ce qui avait un rapport poids/énergie le plus intéressant. Au petit déjeuné, nous avions opté pour des barres de céréales type Granit, petit, léger et assez nourrissant pour une matinée de marche. Quelques sachets de thé pour pouvoir boire autre chose que de l’eau seule. Ensuite, le midi nous mangions finalement beaucoup moins qu’habituellement, un saucisson, des fruits secs, et un bout de pain. Enfin, le soir nous prenions des pâtes à cuissons rapide genre les pâtes 3 min de Panzani sont très bien. A la base nous devions les manger avec du sel mais les champignons trouvés sur le chemin savaient très bine les agrémenter! 😉 N’hésitez pas regarder s’il y a un ravitaillement possible ( superette de village, boulangerie, etc.) sur votre chemin, cela fera moins de nourriture à porter tout de suite!

Cèpes

Cèpes

Trompettes de la mort au feu de bois ;)

Trompettes de la mort au feu de bois 😉

Pour ce qui est de l’eau nous avions 2/3 litres chacun que nous réservions uniquement pour boire pendant la marche ou pendant que l’on mangeait. Nous cuisinions uniquement avec l’eau de la Loire, attention tout de même à attendre qu’elle boue bien avant de mettre les pâtes ou pour boire le thé ou l’infusion de menthe sauvage 😉 Ensuite, nous demandions à l’habitant de nous dépanner en eau si jamais nous étions à court depuis trop longtemps. Pour l’anecdote, nous étions proche de passer en Ardèche, et nous avions plus d’eau depuis 2 heures, de plus nous cherchions du pain. Arrivés dans un hameau situé au cul de sac d’une route défoncée, nous croisons des touristes, ceux-ci nous autorise à remplir nos bouteilles en eau, mais également nous font don d’une baguette de pain fraîche.. Comme quoi, il y a encore des gens sympas!  Néanmoins, nous n’avons jamais sentis être en danger à cause du manque d’eau potable ou autre!

L'eau est sur le feu

L’eau est sur le feu

Surtout, il ne faut pas s’encombrer de choses inutiles, par exemple, prendre 8 caleçons, et 8 paires de chaussette, 3 pantalons et 4 tee shirt ne sert à rien, et surtout ajoute du poids qu’il faut ensuite porter! Toujours avoir à l’esprit que l‘on portera ce que l’on prend! Je vous conseille de ne prendre que 2 caleçons et 2 paires de chaussette par exemple, ainsi pendant que l’un sèche sur le sac pendant la marche, on porte l’autre, et le roulement va très bien, idem pour les tee-shirts ou les pantalons. Pensez au roulement! Pour la toilette, on peut se débrouiller qu’avec un savon de marseille(lessive, douche,…)et une brosse à dent et du dentrifrice. On peut aussi utiliser de la saponaire officinalis qui peut substituer le savon le temps d’un nettoyage…

Parlons pêche maintenant, le principal problème avant de partir était de ne pas emmener le waders et chaussures de waders car trop lourds pas assez adaptés. Malheureusement la température de l’eau de la Loire était assez basse pour cet été, et donc pêcher les pieds dans l’eau risquait d’être très incorfortable. Pour résoudre ce problème, j’ai récupéré une vieille combinaison de plongée de type salopette en néoprène sans manche au niveau des bras. Ainsi avec des chaussures légères, j’étais assez isolé du froid grâce à la combinaison, et celle-ci était légère et séchait rapidement, donc je ne portait pas non plus l’eau qui était gorgé dans le néoprène de la combinaison. Par contre je ne marchait pas avec la combinaison sur moi car pas pratique au niveau frottements et transpiration. De ce point de vue, la combinaison à été le meilleur moyen pour pêcher sans avoir trop de poids à porter. Et de plus en plus je réfléchis à pêcher avec pour le reste de l’année ( peut être pas en début de saison) du fait de sa robustesse et de son aspect pratique!

J’avais emporté une canne 10′ soie de 5 en 4 brins pour limiter l’encombrement, et je n’avais pas pris d’épuisette trop encombrante! Niveau petit matériel et boîtes à mouche, j’avais un chest pack field and fish de cette référence : http://www.vetements-peche-mouche.com/Tous-les-produits/Chest-Pack.html avec 2 boites à mouche et une boite en plus de secours si jamais l’une des deux principales venait à faire un bain pour toujours… Je l’avais adapté  de façon à ce qu’il s’accroche sur les bretelles de mon sac à dos de 60 litres et non autour de mon cou. Ce chest pack est très solide, et léger!

Yann et sa truite

Yann et sa truite

Une petite truite pour finir

Une petite truite pour finir

Pour ranger votre sac à dos, je vous conseillerais de mettre le poids au milieu du sac même si ce n’est pas toujours facile! Ensuite régler correctement votre sac pour éviter le mal de dos car ce sera un sac lourd en général! Un bâton de marche est alors un bon allier pour vous faciliter la marche; en bois, en fibre, fait en chine ou dans votre jardin, le choix est infini! Perso, je me suis fait un bâton en bois de noisetier ( léger et qui est facile à travailler).

Me voilà partis pour une semaine de marche et de pêche :

Me voilà partis pour une semaine de marche et de pêche

Alors oser l’aventure! C’est tellement ressourçant! N’ayez pas peur de l’inconnu, et surtout vivez à fond cette aventure! On en fait pas tout les jours!

Voilà 5 ans que j’organise avec des amis des trips de ce genre les étés. Et je pense que nous pouvons dire celui-ci a été le plus abouti en terme d’ambiance, de paysage, d’aventure : se retrouver à faire du stop à la sortie de Lac d’Issarlès, 3 gars avec de gros sacs… cela fait forcément de bons souvenirs!

L'un est en Ardèche, l'autre en Haute Loire

L’un est en Ardèche, l’autre en Haute Loire

Petit feu de camp

Petit feu de camp

Merci Yann, et François!

Chemin avant d'arriver à Goudet

Partez sur les chemins! Vous reviendrez différents!

 

A bientôt

 

stef 43

Décompression

Salut,

La première partie des concours étant passée, il est temps se détendre. Petit retour en image sur cette semaine de pêche

Petite sortie sur deux jours avec des amis sur la Haute Vallée de la Loire.

Départ samedi des environs du Puy, direction la vallée de la Loire. Le temps est froid, vent du nord irrégulier, ciel gris, nuages bas. Il avait plu la veille, la Loire n’était pas très belle à Coubon, et avait pris 15 cm à Goudet. Autant dire qu’elle était difficilement pêchable. Après discussions, et bilan des niveaux sur Vigicrue, nous montons sur un parcours limitrophe Haute Loire/Ardèche. La température est toujours basse, un ciel bouché.

La Loire

La Loire

La Loire est propre, et pêchable à cette hauteur. Début en nymphe, je touche 2/3 poissons, dans les courants. Puis des insectes commencent à sortir, des éphémères grises et des grosses, type march brown. Sur les coups de 13h30, les prises se régularisent en nymphes surtout, mais Fred finit sur 4 truites en sèche.  Après être remonté pour manger, nous retrouvons la rivière en activité, avec des grosses éphémères se faisant de ci de là gober par une truite aux aguets. C’est parti pour une après midi en sèche sur des mouches grosses et volumineuses, brassant de l’eau. Pêche des courants, pêche à courte distance : bref on se régale! Fred en fait une jolie qui est proche des 35 cm. La plupart des truites tournaient autour des 24/25 cm.

Jolie truite de Fred en sèche

Jolie truite de Fred en sèche

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soir, nous nous retrouvons dans la cabane de Vincent, perchée sur les hauteurs de la Haute vallée de la Loire. 3 km de chemins en 4*4 pour y parvenir, personne ne nous dérangera, ni même le contraire!

Après une soirée paella (merci Pierre), où l’on a refait le monde de la pêche, nous prenons notre temps pour émerger. Nous sommes aller nous promener sur les bords de Loire, essayer d’observer des loutres, la botanique. Nous atteignons ainsi la source ferrugineuse de Bonnefont, exploitée jusqu’en 1914, mais son accès est difficiel pour son exploitation. Le ciel, aujourd’hui, sera bleu, avec un vent du nord, un peu plus régulier que la veille. Il fera aussi un peu plus chaud!

Anémone némorosis

Anémone némorosis

Polygala vulgaris ( photos P.Monatte)

Polygala vulgaris ( photos P.Monatte)

Source ferrugineuse de Bonnefond ( photo de P.Monatte)

Source ferrugineuse de Bonnefond ( photo de P.Monatte)

Direction Vallet, le no-kill. La pêche est moins évidente, les poissons un peu moins dehors. On en touchera tout de même 7/8 chacun en nymphe et en sèche; rien de “folichon”, rien de réellement attablé, mais bon cela fait toujours plaisir!

Merci à vous tous pour ces quelques jours, vous m’avez permis de découvrir encore un peu plus la Loire, sur des secteurs magnifiques!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Le lundi passe, je pars l’après midi sur un secteur de gorges à la sortie du Puy. Il fait, beau, l’eau est très basse, claire, les sedges sont par centaines à virevolter au dessus des courants. Une pêche agréable quoique un peu difficile en raison des niveaux extrêmement bas. On regarde alors, les fleurs, les lys martagon qui sont par centaines dans ces gorges, proches de la floraison, peut être encore un bon mois et ils seront en fleurs, les orchidées sont en fleurs, et les sceaux de salomon sont en début de floraison. Cette vallée est très riche!

Geranium sylvaticum

Geranium sylvaticum

Lys en martagon en développement

Lys en martagon en développement

Orchis mâle

Orchis mâle

Sceau de salomon

Sceau de salomon

retenue palier

Mardi, temps incertain de prévu, l’occasion de se revoir avec Pierre, Yves et Laurent, pour monter sur la Haute vallée de la Loire : direction le no-kill de Goudet : 2 km de no-kill. Même si la Loire est magnifique sur l’ensemble de sa vallée, Goudet est un parcours très sympa, un cadre tranquille, une petite marche d’approche sympathique, et des coups vraiment très très variés. La Loire est belle, il y a de un peu d’eau. Le temps est gris, vent de sud/sud ouest, par rafales, rendait la pêche assez compliquée, mais alors, les insectes sont dehors et les truites aussi! Des gobages, d’un coup sur un courant puissant les truites sautent hors de l’eau pour gober les March brown et petites olives, des petits gobages bien gras sur les plats. Malgré tout, je pêche le bouillon des courants en nymphe, je touche un poisson intéressant.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis dans la même veine un poisson saute une fois…. deux fois, trois fois, en plein bouillon, il doit y avoir un bon mètre cinquante d’eau… Je monte une sèche, au 10ème passage je vois une très jolie truite nymphée rageusement en surface, c’était ma mouche qui coulait…, Grrr! Je repasse, puis au 5ème nouveau passage, la voilà qui monte, je la tiens au bout de l’hameçon quelques secondes et se décroche… dommage elle était très belle! Je monte sur un plat, rejoint Yves, et fais 3 truites sur des March brown parachute sur gobages : http://stef43.gobages.net/2013/12/21/march-brown/ Les autres se sont aussi bien marré, uniquement en sèche pour la plus part, avec aussi deux ombres pris en sèche sur le bas du parcours, pour ma part 7/8 poissons, les 2/3 en sèche.

Petite truite du no-kill

Petite truite du no-kill

On rentre chez nous, on regarde la météo, le lendemain, mercredi ils ont prévu le même temps, mais avec plus d’éclaircies…. On va donc remettre ça avec Yves, et Grégoire, un ami. Le temps était gris, avec des belles éclaircies, des averses de pluie sur la fin de l’après midi, mais beaucoup moins de vent. Il faisait plus chaud, moins d’insectes sur l’eau, pas les mêmes. Je pêcherais principalement en nymphe, je toucherais une très jolie truite dans le courant où j’ai manquée la jolie la veille :

Jolie truite du no-kill

Jolie truite du no-kill

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dommage qu’elle ait perdu une partie de sa nageoire caudale… c’est assez étrange quand même!

Puis en montant, je laisse pêcher Grégoire un coup où j’en ai loupé une belle au ferrage la veille encore, il est en sèche, il ne fait rien monter, puis je passe derrière en nymphe, et je touche un très joli poisson, très certainement un très bel ombre proche des 35cm, mais j’ai été un peu passif sur ce coup et je le décroche après qu’il soit passé derrière une pierre… Je suis pas trop réactif des fois… Grégoire, en fait ensuite monter 3/4, et en loupe 2/3 au ferrage. On retrouve Yves sur le plat, on monte, puis en fin de courant encore, je déloge de sous une pierre, une très belle truite proche des 35 en nymphe, que je décroche ensuite…

Bilan, 5 jours de pêche, il y avais moyen de faire pas mal de poissons en sèche, le dernier jours, des possibilités de faire des jolis poissons en nymphe…. Très sympa!

Jeudi après midi, pas de voiture, je décide d’aller sur la Borne sur le parcours “urbain” d’Aiguilhe. La borne est un peu haute et légèrement teintée. Je la commence sous Feu vert et super U, et je la finis avant le pont au niveau du camping. Je fais 4 poissons, surtout en nymphe, autour de 23/25cm, une truite en sèche sur un sedge cdc, un joli chevesne aussi, et loupe un joli gobage en plein courant, parce que je regardais ailleurs… Pêche pas évidente, il faisait beau et chaud, l’eau n’était pas très belle. Mais il y a toujours moyen de sauver le capot sur ce parcours 😉

Enfin, Vendredi, pêche sur le Dolaison, no-kill de Vals. Changement de conditions : eau très très basse, je n’ai jamais vu le Dolaison aussi bas, cela me faisait presque mal au coeur, une eau teintée d’algues et de particules en suspension, une eau vraiment pas belle, sûrement à cause des niveaux très bas. Les algues se sont beaucoup développées pour la saison, et les truites…… bah, n’étaient pas bien là. J’ai réussi à sauver le capot sur la fin du parcours dans Vals, avec une truite en sèche proche des 27cm, et je loupe un joli poisson au dessus des 30 sur le dernier trou. Les truites étaient uniquement dans les courants, se nourrissaient peu… S’il ne pleut pas efficacement avant l’été, le Dolaison va souffrir très certainement… Se sera dure!

Bonne journée!

 

stef43